preloader
Actualité

Travail le dimanche : Boris Johnson propose d’étendre les ouvertures dominicales pour relancer l’économie

Travail le dimanche : Boris Johnson propose d’étendre les ouvertures dominicales pour relancer l’économie

Le gouvernement de Boris Johnson souhaite suspendre, pour une durée d’1 an, la loi encadrant l’ouverture le dimanche des commerces, le Sunday Trading Act. Une mesure pour relancer la consommation et faciliter la reprise économique.

Le gouvernement de Boris Johnson propose d’étendre la possibilité pour les commerces d’ouvrir le dimanche pour favoriser la reprise économique.

Les Sundays Trading Laws qui encadrent l’ouverture des commerces le dimanche au Royaume-Uni pourraient être suspendues pendant 1 an. C’est la proposition faite par le gouvernement de Boris Johnson dans une batterie de mesures destinées à stimuler l’activité économique, notamment celle des commerces, après plusieurs mois de confinement. Il s’agit donc de suspendre le Sunday Trading Act de 1994 qui permet aux magasins (de plus de 280m2) d’ouvrir pendant plus de six heures consécutives entre 10 heures et 18 heures le dimanche. Le principal conseiller du Premier ministre, Dominic Cummings, le chancelier Rishi Sunak et le secrétaire aux affaires Alok Sharma se sont prononcés en faveur de cette nouvelle proposition. Reste à convaincre le Parlement qui a rejeté, à plusieurs reprises, les tentatives d’assouplissement de la loi sur le travail le dimanche, dont celle de David Cameron en 2016.

La proposition ainsi lancée par le gouvernement, a ravivé un débat sur le travail le dimanche outre-Manche - si tant est que ce dernier ait jamais cessé. Du côté des syndicats, Paddy Lillis, secrétaire général du syndicat Usdaw, le cinquième plus grand du pays, a déploré une tentative “de défaire un compromis de longue date” en défendant une proposition “erronée”. Ajoutant que “la dernière chose dont a besoin le secteur du retail est de prolonger les heures de travail”. Joe Dromey, conseiller du parti Travailliste et coopératif à Lewisham, dans le sud de Londres, a vivement critiqué la proposition du gouvernement britannique, qu’il juge, dans un tweet, comme à même de “perturber la vie des salariés du retail”. De leur côté, Asda et Morrisons, deux enseignes anglaises de la grande distribution, se sont dites favorables à la mesure dans le contexte de crise sanitaire. Parmi les soutiens à la proposition, celle de la plateforme néolibérale 1828, pour qui “l’abolition des lois sur le commerce du dimanche permet simplement à ceux qui veulent travailler plus d’heures de le faire”. Une liberté d’ouvrir le dimanche qui permettrait, selon la plateforme, de créer de l’emploi dans un contexte où, selon des récentes prévisions, le taux de chômage pourrait atteindre 10% alors qu’il était de 3,9% avant la pandémie.

Les Britanniques favorables à une suspension du Sunday Trading Act selon un sondage YouGov

Si les oppositions des politiques ou syndicats à la proposition du gouvernement de Boris Jonhson sont nombreuses, un récent sondage de l’institut YouGov montre que les Anglais sont plutôt favorables à la suspension du Sunday Trading Act.

Dans le détail, 48% des personnes interrogées “soutiendraient la suppression de la limite de la durée d’ouverture des magasins en Angleterre et au Pays de Galles le dimanche”. À l’opposé, 31% ont répondu qu’ils seraient opposés aux changements d’horaires de travail pour l’année à venir, et 21% ont préféré ne pas se prononcer sur la question. Si les électeurs conservateurs soutiennent à 53%, somme toute logiquement, la proposition, la proportion atteint tout de même 43% chez les électeurs travaillistes et 44% chez les électeurs proches des Libéraux-démocrates. Preuve que le travail le dimanche peut, dans une certaine mesure, se défaire d’une logique partisane qui a tendance à nuire au débat de fond sur la question. Un soutien, qui selon l’institut de sondage, est “transrégional”. Seule l’Ecosse se démarque quelque peu, avec 39% des personnes interrogées qui déclarent ne pas avoir d’avis tranché sur la question.

Un cas anglais qui fait écho à la situation française, avec des incitations à assouplir les règles encadrant le travail le dimanche pour relancer l’économie, et les oppositions traditionnelles des syndicats et acteurs à gauche de l’échiquier politique. Reste que la situation économique invite à poursuivre ce débat, tout en étant le plus pragmatique possible, au plus près du besoin des entreprises et des attentes des Français.

Partager :