preloader
Actualité

Loire-Atlantique : les commerces autorisés à ouvrir certains dimanches cet été

Loire-Atlantique : les commerces autorisés à ouvrir certains dimanches cet été

Dans le contexte du Covid-19, les commerces de Loire Atlantique pourront ouvrir cinq dimanches entre le 1er juin et le 30 septembre. Résultat d’un accord entre le patronat et les syndicats sous l’égide de la préfecture. Une mesure qui vise à soutenir les commerçants, fragilisés par deux mois de confinement, mais aussi à redynamiser les centres-villes, quelque peu délaissés par une clientèle encore frileuse face aux risques sanitaires.

Travail le dimanche : la préfecture de Loire-Atlantique propose de l’autoriser pour les commerces

Dès le 14 mai, la préfecture de la Loire-Atlantique a émis une proposition concernant l’ouverture des commerces le dimanche afin de compenser les pertes économiques enregistrées pendant la période de confinement. Dès lors, les discussions ont été entamées avec les organisations syndicales afin d’aboutir à un accord permettant de déroger au repos dominical pour les commerces du département.

Une proposition qui fait suite aux attentes des commerçants préoccupés par l’intensité de la reprise économique alors que leur trésorerie est plus que chancelante après deux mois de fermeture. L’objectif, pour eux, est d’accueillir une clientèle supplémentaire, alors que les mesures sanitaires réduisent les possibilités d’accueil. Par ailleurs, l’idée a été accueillie plutôt favorablement par les syndicats (CFDT, CFE-CGC, UNSA, CFTC) qui ont salué la “démarche de consultation” de la préfecture. “Nous sommes favorables si c’est très encadré, pour éviter que des entreprises ne ferment” a déclaré Pascal Priou, secrétaire départemental de l’UNSA, en charge du pilotage de la proposition commune des syndicats dans la phase de négociation lancée par le préfet. Un pragmatisme syndical duquel la CGT ne semble pas être adepte. Le référent commerce et services de la CGT 44 a préféré juger “qu’aujourd’hui c’est encore les mêmes qui vont payer la note : les salariés du commerce et les salariés à bas salaires. C’est le monde d’avant mais en pire”. Malgré l’opposition de la CGT et de FO, les organisations syndicales et patronales sont parvenus à un accord donnant une plus grande flexibilité aux commerçants.

Travail le dimanche : un accord conclu entre les organisations syndicales et patronales pour les commerces de Loire-Atlantique

À l’issue d’une consultation avec les syndicats mais aussi avec les associations de commerçants et les chambres consulaires, les commerces de Loire-Atlantique pourront désormais ouvrir cinq dimanches entre le 1er juin et le 30 septembre. Le préfet, Claude d’Harcourt vient de signer, le mercredi 27 mai, le décret permettant aux commerces de déroger au repos dominical. Si la proposition de la préfecture était initialement de six dimanches, l’accord ainsi conclu prouve l’efficience du dialogue social quand il s’agit de proposer un aménagement du temps de travail.

Alors que la question du temps travaillé et de son organisation suscite le débat au niveau national, l’initiative de la préfecture de la Loire-Atlantique montre que les négociations ont à gagner si elles se font à l’échelle locale. D’une part, cela permet d’identifier précisément les besoins des commerces ou entreprises et d’y apporter des solutions en termes de flexibilité. Plus encore, dans un contexte, où les décisions se doivent d’être réactives, les négociations initiées par le préfet ont su faire preuve de rapidité. De l’autre, une approche locale permet de se débarrasser d’une approche dogmatique qui a tendance à prédominer dans un débat à l’échelle nationale, et qui empêche toute vision pragmatique de la situation.

Un dialogue social qui semble être de mise dans le contexte sanitaire actuel et qui devrait s’intensifier, selon les propos des signataires de l’accord. “Pour faire face au choc économique auquel nous allons devoir faire face”, argumentent-ils avant d’ajouter qu’“il nous semble indispensable de travailler ensemble aux solutions pour les entreprises et les salariés”.

Travail le dimanche dans les commerces : une voie privilégiée par les autorités devant l’impératif de reprise économique

L’arrêté pris par le préfet de la Loire-Atlantique, après des négociations réussies avec les organisations syndicales rappelle que les accords peuvent être gagnant-gagnant quand il s’agit de proposer l’ouverture des commerces le dimanche. Nul doute que ces accords devront se démultiplier dans les semaines et mois à venir tant les attentes sont nombreuses de la part des commerçants.

Sur le sujet, plusieurs voix se sont fait entendre pour faire pression sur le gouvernement. À ce titre, Eric Woerth a souhaité “que les magasins puissent, pendant une période donnée, ouvrir le dimanche très librement, quels qu’ils soient”. Une demande à laquelle, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, s’est montrée favorable. En amont, le gouvernement s’était déjà montré favorable à un assouplissement des règles d’ouverture en témoigne les propos de Bruno Le Maire, le mardi 5 mai, qui s’est déclaré prêt “à faciliter les choses pour l’ouverture le dimanche”. Des propos qui montrent une réelle volonté de la part du gouvernement d’offrir aux commerces la liberté et le choix d’ouvrir le dimanche.

Afin de proposer des aménagements, l’exécutif semble donc privilégier l’échelle locale, laissant au préfet, comme c’est le cas en Loire-Atlantique, le soin de mener les négociations quant à la question épineuse de l’ouverture dominicale des commerces. Un cas réussi, qui pourrait initier d’autres négociations dans d’autres départements français. Preuve qu’à bien des égards, l’ouverture des commerces le dimanche est une solution déployée et privilégiée dans le cadre de la crise sanitaire.

Partager :