preloader
Actualité

Eric Woerth souhaite que les commerces puissent ouvrir librement le dimanche

Eric Woerth souhaite que les commerces puissent ouvrir librement le dimanche

Dans le cadre d’une interview accordée au Parisien, Eric Woerth, député LR et président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, s’est dit favorable à ce “que les magasins puissent, pendant une période donnée, ouvrir le dimanche très librement, quels qu’ils soient”. Pour le député, il s’agit de l’une des réponses à adresser à la question de la relance de la consommation et plus généralement de la reprise économique.

Eric Woerth mentionne l’ouverture des commerces le dimanche comme solution à la reprise économique

Alors que nous sommes qu’aux prémices du déconfinement, l’enjeu est l’élaboration, du moins l’esquisse des contours, d’une reprise économique qui permette dans le meilleur des cas de compenser les pertes enregistrées par l’économie pendant la phase de confinement. Certains acteurs ou observateurs avérés de la vie économique préconisent de mettre l’effort sur la relance de la consommation. D’autres, comme Bertrand Martinot ou Geoffroy Roux de Bézieux, se font partisans d’un soutien de l’offre via un assouplissement du temps de travail. Au-delà de cette ligne de partage, pour Eric Woerth, “il faut basculer dès maintenant du soutien pur et simple de l’économie, à sa relance”. C’est pourquoi il développe, dans les colonnes du Parisien, quelques propositions afin de remettre la maison France sur pied. Parmi celles-ci : la liberté d’ouvrir son commerce le dimanche.

La récession enregistrée par la 6ème puissance économique mondiale est le résultat aussi bien d’un choc d’offre que d’un choc de demande. Les ménages, empêchés de consommer pendant la phase de confinement, ont massivement épargné. Preuve en est les 55 milliards “d’épargne forcée” des ménages Français qui, une fois consommés, permettraient de limiter la dégradation du PIB enregistrée pendant les huit semaines de confinement, en passant de 5 à 2 points. Pour Eric Woerth, l’enjeu est alors de faciliter le retour à la consommation, de dépenser cette épargne, notamment via des ouvertures des commerces le dimanche. Une plus large amplitude horaire permet de toute évidence de toucher une plus large clientèle. Un point non négligeable alors que les capacités d’accueil en magasin sont contraintes par les mesures sanitaires.

L’ouverture des commerces le dimanche, un geste de soutien aux commerçants éprouvés par la crise du Covid-19

Alors que nous vivons une crise sanitaire d’ampleur inédite, les commerces ont dû repenser en quelques jours les fondamentaux de l’accueil client sous la pression des gestes barrières et de la distanciation sociale. Élargissement des horaires d’ouverture, file de régulation à l’entrée des magasins, port du masque et des gants, désinfection à la vapeur des cabines d’essayage, sont autant de solutions déployées par les commerçants pour reprendre une activité après deux mois de confinement. Face à ces contraintes, plusieurs commerçants s’inquiètent légitimement de voir apparaître des changements d’habitude au profit d’autres canaux de distribution dont le e-commerce. Et cela, bien que les files d’attentes observées à l’entrée des grandes enseignes parisiennes au premier jour du déconfinement tendent à prouver le contraire.

Au-delà de l’ouverture dominicale des commerces, Eric Woerth propose d’autres mesures pour venir en aide aux commerçants. Il s’agit notamment des “coupons de réduction” distribués par l’État et les collectivités territoriales sur le modèle des tickets restaurants, ou encore un nouveau calendrier des soldes. Une série de mesures qui permettrait de favoriser le retour des Français en magasin, alors que la pérennité de plusieurs commerces dépendra de l’intensité du retour à la consommation.

L’appel d’Eric Woerth pour libéraliser l’ouverture dominicale des commerces partagé par le gouvernement

Proposée par Eric Woerth comme une piste de relance de l’activité économique, l’idée semble avoir trouvé écho auprès du gouvernement. Interrogée sur la question, en ce mercredi 13 mai, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances a indiqué que le ministère était plutôt ouvert à l’idée. Plus encore, elle a affirmée, au sujet de l’ouverture dominicale des commerces, que “c’est quelque chose que l’on peut parfaitement concevoir. Pendant la période du confinement, la grande distribution et les commerces alimentaires étaient bien autorisés à ouvrir le dimanche”. Une position claire et sans ambiguïté, qui témoigne que le travail le dimanche est un outil pertinent de relance de l’activité économique, et qu’il est considéré comme tel par le gouvernement.

Une position, aussi, qui s’inscrit dans la lignée des assouplissements temporaires décidés par le gouvernement notamment en matière de durée et d’aménagement du temps de travail. L’autorisation du travail dominical dans les entrepôts ou encore l’augmentation de la durée maximale du temps de travail ont été autorisés temporairement par l’exécutif afin d’adapter le facteur travail à un contexte sanitaire inédit. Comme lorsqu’il s’agissait d’assurer une continuité de l’activité économique, le temps de travail sera un élément clé de la reprise économique. Une reprise plus que jamais nécessaire alors que, comme le soulignait Eric Woerth dans un entretien accordé à BFM TV le vendredi 8 mai, nous sommes “au bord du gouffre” et il faut “retourner au travail”. Une situation économique plus que délicate, qui invite le gouvernement à ne pas rester sourd aux mesures qui peuvent assouplir le code du travail et donc faciliter la reprise des acteurs économiques.

La crise sanitaire constitue une véritable mise à l’épreuve de la machine économique qui doit, dans l’urgence, se relancer. Les commerçants sont les premiers ébranlés, durement fragilisés par deux mois de confinement. Dans ce contexte, la proposition d’Eric Woerth, qui préconise de laisser la liberté aux commerces d’ouvrir le dimanche est bienvenue. Une mesure, semble-t-il, partagée par le gouvernement, permettant d’augurer une plus grande souplesse en la matière.

Partager :