preloader
Actualité

Crise sanitaire : Thierry Cotillard salue les assouplissements relatifs à l’ouverture le dimanche des magasins

Crise sanitaire : Thierry Cotillard salue les assouplissements relatifs à l’ouverture le dimanche des magasins

Dans un entretien en forme de bilan du confinement accordé à LSA, Thierry Cotillard, président d’Intermarché et de Netto, s’est réjoui que le gouvernement n’ait “pas hésité à sortir des carcans technocratiques pour nous permettre de travailler 24h/24 dans les bases, d’ouvrir le dimanche, de travailler la nuit”. Des propos qui rappellent l’importance stratégique de l’assouplissement du temps de travail pour permettre à la grande distribution de tenir le rythme au cours des dernières semaines.

L’ouverture le dimanche, un facteur clé du succès de la gestion de la crise sanitaire par la grande distribution

Afin de gérer la pandémie de Covid-19, les mesures prises par le gouvernement se sont traduites par de nombreux assouplissements réglementaires temporaires afin d’aider les activités dites “essentielles” à répondre à une demande inédite. Le secteur de la grande distribution a été le premier bénéficiaire de dérogations permettant d’augmenter les horaires d’ouverture des magasins ou de travail notamment pour les entrepôts.

C’est pourquoi le président d’Intermarché et de Netto voit dans ces dispositifs l’un des éléments clés de la résilience de la grande distribution dans la gestion de la crise sanitaire. En effet, les ouvertures de magasins pendant des horaires atypiques tels que le dimanche ou en soirée, ont permis de lisser les achats dans le temps et donc de réduire les pics de fréquentation en plein coeur de la crise sanitaire. Les avantages sont à chercher dans le respect des gestes barrières mais aussi dans la gestion des stocks et de l’approvisionnement des rayons. Au-delà de l’ouverture le dimanche, les enseignes ont pu maintenir le rythme en ayant recours au personnel la nuit, et ainsi procéder à des aménagements du temps de travail. C’est par ces séries d’assouplissements que la grande distribution a été capable de répondre à la demande des Français confinés.

Des assouplissements réglementaires qui ont été entérinés par l’adoption de 25 ordonnances le 25 mars : une panoplie de dérogations permettant de doter les entreprises des marges de manœuvre suffisantes pour gérer la crise sanitaire. Bon nombre d’entreprises, dont la grande distribution, ont pu ainsi déroger au repos dominical. Un fonctionnement par roulement dont l’objectif était et est toujours de faire face aux pics d’activité alors même que l’organisation du travail est brimée par des mesures sanitaires strictes. Des dispositifs toujours en vigueur et dont les magasins, qu’ils soient alimentaires ou non, ne devraient pas hésiter à avoir recours dans cette phase de reprise économique.

Vers un assouplissement des règles d’ouverture le dimanche dans la phase post Covid-19

Dans son interview, le président d’Intermarché et de Netto n’hésite pas à critiquer les “carcans technocratiques” en matière de temps de travail. Thierry Cotillard utilise ce terme pour qualifier ce qui relève de l’encadrement législatif en matière de temps travaillé, et plus particulièrement d’ouverture le dimanche. Une allusion à peine voilée, partagée par de nombreux observateurs avisés du retail, quant à un manque de souplesse concernant le temps de travail.

Alors qu’il s’agit de préparer l’après Covid-19, dans un contexte où l’organisation du travail a été profondément modifiée par deux mois de confinement, plusieurs acteurs se font d’ailleurs les fervents défenseurs d’un assouplissement législatif du temps de travail et d’une plus grande liberté quant aux règles d’ouverture le dimanche. Sur le premier point, il y a eu les positions de Bertrand Martinot ou encore de Geoffroy Roux de Bézieux. Concernant l’ouverture des commerces le dimanche, Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution, a récemment demandé au gouvernement de laisser aux commerçants la liberté de choisir. Une mesure de bon sens, alors que la consommation doit être relancée.

Dans un contexte exceptionnel, la plus grande liberté donnée aux distributeurs de s’organiser leur a permis de surmonter la crise. Et de répondre à l’explosion de la demande des consommateurs dans les premières semaines de confinement. Dans ce contexte, ceux-ci ont eu particulièrement besoin d’être rassurés sur la fiabilité des lignes d’approvisionnement de la grande distribution. Nul doute que cette flexibilité, souvent décriée par les syndicats, sera regardée avec attention quand il s’agira d’adapter l’expérience d’achat aux nouvelles attentes post Covid-19 des consommateurs.

Partager :