preloader
Actualité

Crise sanitaire : comment assurer la continuité des services aux consommateurs ?

Crise sanitaire : comment assurer la continuité des services aux consommateurs ?

Les secteurs “dits essentiels”, c’est-à-dire indispensables au fonctionnement du pays doivent s’adapter en modifiant les règles et les façons de travailler. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, mobilisé sur tous les fronts, a exhorté les salariés de ces secteurs “à se rendre sur leurs lieux de travail”. Une mobilisation vitale qui doit se faire dans des conditions sanitaires optimales. Dans cette optique, les représentants de ces secteurs mettent en place des mesures et procédures permettant aux salariés d’exercer leurs activités.

Les commerces de détail alimentaire s’adaptent pour assurer la continuité du service d’alimentation

Le secteur du commerce de détail alimentaire, particulièrement mobilisé en ces temps de crise sanitaire, s’attache à promouvoir les gestes barrières et mesures d’hygiène nécessaires au bon déroulement de l’activité. L’utilisation des caisses automatiques est notamment encouragée afin de répartir la charge de travail des hôtes et hôtesses de caisse, mais aussi de proposer une solution à moindre risque pour les consommateurs. D’autres mesures, comme les paiements mobiles ou bien les livraisons à domicile, sont proposées aux clients afin de réduire les risques de contamination. L’élargissement des horaires d’ouverture est aussi privilégié pour répondre aux appels du gouvernement à lisser les achats et éviter les risques de rupture.

Le secteur bancaire confronté aux même défis de continuité que le secteur alimentaire

Qualifié d’Opérateur d’Importance Vitale (OIV) par le gouvernement, le secteur bancaire doit maintenir son activité pendant le confinement décrété par le gouvernement. À l’instar des commerces de détail alimentaire, les banques restent donc ouvertes pendant cette période. Pour ces deux secteurs, l’objectif est le même, celui d’assurer les besoins de première nécessité aux Français. Pour les conseillères et conseillers des 36 500 agences bancaires de France, il s’agit de s’adapter à de nouvelles manières de travailler plus en phase avec les règles sanitaires. Au delà du matériel de protection, des mesures de filtrage ont été mises en place par certaines agences, avec des ouvertures au public uniquement sur rendez-vous. Les clients sont aussi invités à privilégier les contacts mails ou bien téléphoniques. La réduction des contacts reste le meilleur geste barrière pour se protéger contre l’épidémie de Covid-19.

Si les contraintes sont les mêmes que pour la grande distribution, le secteur bancaire dispose d’une avance considérable dans le recours aux machines automatiques. En effet, les banques, pionnières en matière d’automatisation, peuvent compter sur un maillage territorial fort de 53 000 automates bancaires, ou DAB, permettant d’assurer le service de retraits d’argent. Une différence majeure avec la grande distribution qui n’a pas atteint ce niveau de couverture avec les caisses automatiques.

Le recours à l’automatisation privilégié dans le contexte de la crise sanitaire

Cette crise sanitaire confirme pour certains secteurs le recours à l’automatisation, et l’amplifie pour d’autres. Depuis les mesures de confinement, la vente de casiers automatiques explose. En effet, de nombreux producteurs locaux se tournent vers le concept de ventes par casiers afin de garantir une sécurité sanitaire. Chaque jour, les casiers et les terminaux de paiement sont désinfectés.

Certains secteurs des services utilisent déjà fortement les outils automatiques pour leur activité. C’est le cas du secteur bancaire et, dans une moindre mesure, du secteur de la grande distribution. Ce dernier a recours depuis plusieurs années à l’automatisation au niveau de l’encaissement, et de plus en plus d’enseignes s’équipent. Dans le contexte de la crise sanitaire, l’utilisation de caisses automatiques est amplifiée, afin de limiter notamment les contacts avec le personnel de caisse. Quant aux fournisseurs de la grande distribution, ils n’ont pas de difficultés à respecter les règles de distanciation en raison de l’automatisation de la chaîne de production.

Observateurs du retail comme acteurs de la grande distribution devraient s’accorder à dire que le recours à l’automatisation est l’une des solutions à déployer dans la gestion de cette crise. Au-delà, cette utilisation devrait se pérenniser et s’étendre à plusieurs secteurs une fois la crise sanitaire passée.

Partager :